crédit photo : ville de Boulogne-sur-Mer
® Claire Decraene
® Claire Decraene
® Claire Decraene
crédit photo : Benoit Touchard

Musée de Boulogne-sur-Mer

L’ART SUR LA VOIE DE L’OCÉAN

Au cœur d’un château édifié au 13e siècle, les collections du château-musée de Boulogne-sur-Mer, le plus grand port romain du nord-ouest de l’Europe, emmènent bien au-delà de l’histoire locale. Elles reflètent la curiosité d’érudits locaux, voyageurs passionnés par l’Égypte, la céramique grecque ou l’Alaska.

 

On y entre pour un voyage total dans le temps, les civilisations, les arts et les continents à travers quatre départements : archéologie méditerranéenne, ethnographie extra-européenne, histoire locale et beaux-arts. Fondé en 1825, durant « le siècle des explorateurs », le musée naît de l’acquisition du cabinet de curiosité du Vicomte Leroy de Barde (peintre et collectionneur de 2640 objets !) et s’est enrichi grâce aux achats de collections et de dons. Il mérite une visite de quelques heures tant il est riche. Première étape, la collection égyptienne avec ses sarcophages et la célèbre momie qui a inspirée à Auguste Mariette sa vocation d’égyptologue. Il regroupe également la collection de céramiques grecques constituée (450 pièces !), rassemblée par le voyageur lillois Charles Panckoucke, comme le « Suicide d’Ajax » attribué à Exékias. C’est la 2e collection de France après le Louvre. La découverte continue avec le département d’ethnographie extra-européenne pour un voyage à travers le monde depuis l’Amérique précolombienne et ses céramiques funéraires jusqu’à l’Océanie, en passant par l’Afrique et ses statuettes rituelles. Une collection d’objets d’Alaska stupéfiante offre un ensemble unique au monde de masques Sugpiat de l’île de Kodiak, ainsi qu’une collection d’art contemporain autochtone d’Alaska. Une spécificité du musée de Boulogne que l’on doit encore une fois à la curiosité de voyageurs et érudits locaux dont Alphonse Pinart, originaire de Marquise. Le département des Beaux-arts propose un bel ensemble de peintures italiennes et flamandes des 15e au 17e siècle, une importante collection de peintures et sculptures françaises du 19e siècle, regroupant des Courbet, Corot, Boudin, Sisley, Rodin, Carpeaux ou encore Gallé, ainsi qu’un ensemble d’œuvres d’artistes de la côte d’Opale qui illustre la riche production locale au 19e siècle. Le parcours se termine par la présentation de 15 tableaux de l’artiste abstrait d’origine boulonnaise,

Georges Mathieu (1921-2012). Pour finir, le département d’histoire locale rappelle la richesse patrimoniale et historique de la ville et de ses alentours, depuis la Bononia antique et ses trésors gallo-romains, en passant par la statuaire médiévale, jusqu’à l’épopée napoléonienne et au célèbre camp de Boulogne.

 

Les expositions 2018

Du 16 juin au 12 novembre : « Napoléon et la caricature. Pouvoir et contre-pouvoir par l’image. »

Cette exposition revient sur la production iconographique considérable (officielle et caricaturale) consacrée à Napoléon et à l’Empire en Europe.